Challenges

jeudi 20 janvier 2022

Walter Moers - La Cité des Livres qui Rêvent

Walter Moers  La Cité des Livres qui Rêvent  panama grandes personnes Folio Junior
Walter Moers 

La Cité des Livres qui Rêvent 

Ed. Folio Junior 

 
J'ai dix ans. Je sais que c'est pas vrai mais j'ai dix ans. Précisément, j'ai onze ans. C'est du moins l'âge que j'ai adopté pour entamer le roman de Walter Moers, conformément à la quatrième de couverture. J'ai onze ans. Je sais que c'est pas vrai et c'est tant mieux. Comment sinon aurais-je saisi certaines des nombreuses références disséminées dans ses pages ? Comment sinon aurais-je constaté que les noms de tous les auteurs fictifs cités sont des anagrammes de romanciers, d'essayistes et de poètes réels ? Comment sinon aurais-je tout simplement pu dépasser le premier niveau de lecture de ce roman foisonnant ?
 
J'imagine qu'on peut compter sur les doigts d'une main les enfants de onze ans qui, s'ils sont capables d'apprécier la trame, les protagonistes, les décors et l'ambiance de La Cité des Livres qui Rêvent, peuvent en appréhender les subtilités. D'ailleurs, ce livre est-il vraiment pour eux ? On peut en douter, notamment dès le premier paragraphe alors que le narrateur s'adresse aux "buveurs de camomille et pleurnicheuses, lavettes et trouillards", aux "poules mouillées", aux "lecteurs au cuir tendre et aux nerfs fragiles" et leur recommande de "filer du côté de la littérature pour enfants".
 
Onze ans ou non, j'ai donc accepté les risques annoncés et suis passé au paragraphe suivant. J'ai accompagné Hildegunst Taillemythes dans sa quête. Je l'ai suivi à Bouquinbourg pour accomplir la mission qui lui a été confiée par son parrain sur son lit de mort. J'ai tenu le manuscrit anonyme considéré comme étant le meilleur jamais composé et j'ai participé à la recherche de son auteur. J'ai visité les échoppes et rencontré les libraires, les éditeurs, les bibliophiles. J'ai admiré, ébahi, les étals de livres et écouté les discours passionnés de ceux qui ne vivent que pour ça. Je suis descendu avec le dragon dans les profondeurs des catacombes. J'ai tremblé devant les créatures qui y règnent. J'ai assisté à la confrontation entre le personnage principal et son fol adversaire mégalomane qui ambitionne de débarrasser le monde de toute forme d'art :
"Car je supprimerai la littérature. La musique. La peinture. Le théâtre. La danse. Tous les arts. Toutes ces choses inutiles et décadentes. Je ferai brûler tous les livres de Zamonie, je passerai toutes les peintures à l'acide, je briserai toutes les sculptures, je déchirerai toutes les partitions. Je ferai entasser tous les instruments de musique pour allumer des bûchers. Les cordes des violons serviront à tresser les cordes des gibets."
J'ai apprécié la plume de l'auteur et été enchanté par ses illustrations. J'ai été impressionné par son ambition, subjugué par son entièreté, frappé par son enthousiasme, envouté par sa passion, touché par sa déclaration d'amour pour les livres, la lecture, le monde des lettres. J'ai contemplé son univers avec des yeux d'enfants. J'ai onze ans.

6 commentaires:

  1. J'étais à demi-convaincu par une première chronique, je le suis désormais entièrement. Il va falloir que j'aille faire un tour du côté des rayons jeunesse. Je veux avoir 11 ans moi aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon voyage vers la jeunesse. Et bon anniversaire ! 11 ans, ça se fête !

      Supprimer
  2. je veux avoir 11 ans. ET de mon côté je suis charmée par le titre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le titre est bon, à l'image du roman.

      Supprimer
  3. Itou pour moi. Il est en mediatheque.
    Et en plus quand on a 10 ans on nous pardonne tout ou presque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens qu'il ne va pas rester dispo bien longtemps dans ta médiathèque...

      Supprimer