vendredi 12 mai 2017

Jean-Pierre Enard - L'existence précaire des héros de papier...

Jean-Pierre Enard

L'existence précaire des héros de papier...

Ed. Finitude 


A lire une prose aussi argotique, crue et à la sexualité si exacerbée, il semble difficile à croire qu'elle ait été écrite par l'homme dont j'ai la notice biographique sous les yeux. Car, si je prends pour argent comptant ce que je lis, Jean-Pierre Enard n'a pas tellement le profil de l'écrivain débridé. Au risque de paraphraser la quatrième de couverture de ce livre, il a écrit dans Le Journal de Mickey, a collaboré aux aventures de Pif et Hercule avant de finalement diriger la Bibliothèque Rose. J'en viens naturellement à me demander si la couleur de la Bibliothèque en question n'aurait pas plutôt un rapport avec celle du minitel de l'époque.

Fort d'un passé de lecteur assidu du magazine communiste, je n'ai bien entendu dégoté aucune allusion au chat à sparadrap rouge ni rien retrouvé d'ailleurs de mes lectures de jeunesse. Ce n'était pas le but. Au contraire. A croire que Jean-Pierre Enard a glissé dans cette vie de romancier tout ce qu'il ne pouvait décemment écrire pour les enfants.

Là, sous la forme d'un court roman-feuilleton qui contournerait les règles du genre, il prend un malin plaisir à malmener ses personnages et à les laisser en mauvaise posture d'un épisode sur l'autre. Je me demande même si ce n'était pas là le véritable objectif d'une série de textes qui sent bon l'exercice d'écriture et la contrainte stylistique. Je crois que Jean-Pierre Enard s'est fait plaisir, au détriment de la cohérence narrative mais pour l'entière satisfaction du lecteur.

"Les personnages sont inquiets. Ils le savent, leur existence est précaire. Les romanciers sont tous des assassins."

Un bien bel objet et un livre jouissif. Une chose est sûre, L'existence précaire... c'est glop ! Mais c'est pas pour les mickey.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire