jeudi 16 mars 2017

Francis Berthelot - Nuit de colère

francis berthelot nuit colere reve demiurge dystopia belialFrancis Berthelot

Nuit de colère (Le rêve du démiurge - V)

Ed. Dystopia / Le Bélial'


En refermant ce livre, certaines choses me semblent évidentes : si l'auteur s'interroge généralement sur le poids du passé et la quête identitaire, la thématique commune aux romans qui forment cet ensemble pourrait bien être ailleurs et résider dans une étude de la complexité des relations filiales et dans une vision très personnelle de la figure du père. En effet, le rapport père / fils est un élément important de chaque histoire mais ne l'avait encore jamais autant été que dans Nuit de colère. C'est d'ailleurs le sujet principal de ce roman.

En 1978, un suicide collectif décime tous les membres d'une secte. Tous ? Pas exactement. Kantor, le fils du gourou, en réchappe. C'est un enfant marqué par l'épreuve, différent et peu sociable. Surtout, il a un don, un pouvoir : il peut influencer les gens par la pensée. Solitaire, il n'a qu'un ami, Octave. Celui-ci vit dans l'ombre de son père, un romancier et brillant philosophe qui aurait préféré avoir Kantor pour fils plutôt qu'Octave qui cherche désespérément la reconnaissance d'un parent qui l'ignore.

Kantor, tout de noir vêtu, ténébreux, taciturne, est par moments un peu caricatural. De même, les autres personnages correspondent à des standards un peu amenés et les relations à des archétypes déjà vus. Et pourtant, le roman est surprenant, probablement du fait de la finesse psychologique de l'auteur et de son indéniable intelligence narrative. Francis Berthelot mène son intrigue de main de maître, malmène les acteurs de sa tragédie à la baguette et les fait évoluer vers une chute astucieuse et subtile.

Le livre a quelques imperfections. Mais la sombre ambiance, les mauvais sentiments et le caractère totalement assumé du genre en font un grand moment de littérature. Alors que Le jongleur interrompu atteignait déjà des sommets dans les portraits de ses personnages, les descriptions imagées et les portes ouvertes à la réflexion, Nuit de colère rajoute avec adresse et profondeur une dimension romanesque d'une rare inventivité.

Troublé par cette lecture, je pense que je vais laisser décanter un peu ce cycle avant de me lancer dans le sixième opus, Hadès Palace.

2 commentaires:

  1. je ne connais de Berthelot que "Khanaor" un roman de fantasy d'une grande sensibilité et avec une rare qualité d'écriture.
    Il faudrait que je revienne vers cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert Berthelot avec son "Rêve du Démiurge" et je suis très, très enthousiaste. Ça vaut définitivement et largement le détour. En plus, l'éditeur en a fait un très beau livre-objet.

      Supprimer