mercredi 4 septembre 2019

Sue Burke - Semiosis

sue burke semiosis albin michel imaginaire
Sue Burke 

Sémiosis 

Ed. Albin Michel 


Dans la catégorie pétard mouillé, nous avons un vainqueur ! 

Tout commençait bien. Le premier roman de Sue Burke nous présente un groupe d'utopistes parti dans l'espace pour implanter une communauté de paix. Fi de tout ce qui pollue de près ou de loin la société, on repart sur des bases neuves. Mais après une erreur d'aiguillage, le crash du vaisseau, les pannes avec le matériel, les accidents mortels et, inévitablement, les compétences qui manquent, rien ne va plus. D'autant plus que la nature est hostile. Ce qui s'annonçait alors comme un "récit de premier contact" prend rapidement des airs de survival. Et dérape dès la page 38. Tenez-vous bien :

"On a arrêté Napoléon, on a arrêté Hitler, on peut venir à bout d'une plante d'appartement meurtrière."

Bim ! Un point Godwin ! Le point de non-retour est atteint. On chute alors de mal en pis. Perclus de défauts, le roman s'embourbe dans les lourdeurs et les maladresses, le scénario manque cruellement de crédibilité et multiplie les incohérences, les différentes parties présentent des personnages auxquels on n'a pas le temps de s'attacher et j'ai fini par craquer, lassé et agacé, à moins de cent pages de la fin. Pourtant, l'auteur a de bonnes idées, des intentions louables, et il lui arrive ici ou là de vaguement se raccrocher aux branches, d'abord en dépeignant un monde foisonnant et visuel, ensuite en lançant quelques pistes de réflexion sur la confrontation entre les beaux principes et la dure réalité, enfin en développant l'idée de cette intelligence végétale et de l'influence qu'elle a sur la vie animale et... humaine.

Semiosis est le parfait exemple du bon filon mal exploité. Dommage...

Ceci dit, tout le monde n'est pas aussi sévère. Certain(e)s, par ici, parviennent même à sauver une partie des meubles. Si, si...

8 commentaires:

  1. On avait les mitigés, on avait un coup de cœur, c'est bien, ça manquait d'un avis un peu plus négatif, la boucle est bouclée. Je ne suis pas forcément très exigeant, donc ça pourrait quand même passer pour moi, mais il y a peut-être d'abord d'autres priorités...
    Et puis ce point Godwin, merde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lecture qui divise et crée le débat, c'est toujours mieux qu'un truc tiède et consensuel, non ?

      Supprimer
  2. Ouch, j'étais impatient de m'y plonger dès la fin de journée.
    Bon, d'habitude, c'est moi qui donne les mauvaises notes, ces dernières étant faites, peut être y trouverai-je mon plaisir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la mauvaise note, j'ai juste été le plus rapide. Je ne serais pas surpris que tu partages mon avis. Curieux de savoir ce que tu en penseras…

      Supprimer
  3. j'avais bien lu ici et là que le roman n'était justement pas sans défaut. Faudra que je me fasse une idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sans défaut, c'est certain, mais il a su convaincre malgré ça. On verra si tu passes outre.

      Supprimer
  4. J'ai bien aimé, ma chronique demain (petite pub au passage !) mais j'ai eu du mal à en parler.
    J'ai bien aimé la première partie, moins la seconde même si c'est là que les idées affluent

    Je crois que notre ami canin aura la dent dure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je serai au rendez-vous demain pour avoir ton avis !

      Quant au Chien, laisse-lui au moins le bénéfice du doute.

      Supprimer