samedi 30 janvier 2021

Jimmy Guieu - Cycle Blade & Baker (vol. 1 à 3)

Reconnaissable à son indéboulonnable moustache et à son brushing impeccable, Jimmy Guieu est un véritable graphomane, pionnier de l'Ufologie, parapsychologue, spécialiste de l'ésotérisme et des sociétés secrètes, mais surtout l'un des piliers de la collection à la fusée. Il en a signé des dizaines de titres et, parmi ceux-là, un cycle : les aventures de Blade & Baker. En voici les trois premiers volumes.

---

Jimmy Guieu Piège dans l’Espace Fleuve Noir anticipation blade baker
Jimmy Guieu 

Piège dans l’Espace 

Ed. Fleuve Noir 


Le Baroudeur file à travers l'espace lorsqu'il est intercepté en plein vol par des êtres venus d'une autre galaxie. Toutes en tentacules, ces créatures comptent bien tirer de leurs prisonniers de substantielles rançons. Et pour cause, comme son nom ne l'indique pas, ce vaisseau est un somptueux croiseur dont les passagers, tous plus riches les uns que les autres, représentent de belles sommes.

Parmi les passagers se trouvent les deux personnages principaux de notre histoire : William Baker et Ronny Blade, businessmen blasés et désinvoltes, associés et amis, dirigeants de l'une des plus florissantes firmes d’import-export interstellaire - La Baker-Blade Import-Export Co.
 
Embarqués dans cette sombre histoire d'enlèvement, ils ne vont que mollement y participer. En effet, à aucun moment ils ne brillent par leur courage ou leur sens de l'initiative. Ils n'ont pas vraiment de personnalité, sont assez fades, interchangeables, et ne sont jamais réellement mis sur le devant de la scène. Disons même que si le cycle n'avait pas porté leur nom, je n'aurais sans doute pas deviné qu'il allait leur être consacré. C'est même à se demander si l'auteur lui-même avait déjà décidé, à ce stade, qu'il en ferait ses personnages récurrents.

Quoi qu'il en soit, l'intrigue est fluide, le retournement amené par l'identité du commanditaire est assez malin et la langue, résolument rétrofuturiste, plutôt plaisante. Quant à l'esprit, il est parfaitement en adéquation avec son époque, notamment en ce qui concerne l'image de la femme...

Maintenant, espérons que le duo de commerciaux se révèlera par la suite. Accordons-leur le bénéfice du doute : ce livre était probablement un volume de chauffe.

---

Jimmy Guieu  Le secret des Tshengz anticipation Fleuve Noir
Jimmy Guieu 

Le secret des Tshengz 

Ed. Fleuve Noir 


S'ils manquent toujours un peu de charisme, les personnages principaux prennent enfin un peu de relief dans ce deuxième volume de leurs aventures. William Baker est bougon et enrage avec une déconcertante facilité alors que Ronnie Blade, d'un caractère enjoué, est volontiers ironique. Mais même si le premier semble évoluer dans l'ombre du second, les propriétaires de la Baker-Bade Import-Export Co, l'une des plus importantes firmes commerciales de l'Empire interstellaire terrien, sont les meilleurs amis du monde, soudés par des liens quasi fraternels forgés dans l'adversité, en des moments dramatiques de leur existence aventureuse.

En raison de leur récente nomination au titre d'administrateurs de la commission d'expansion du commerce extérieur, les deux hommes se sont vu charger, au début du roman, d'une mission officielle - d'ordre économique - au cours du voyage d'exploration sur K.215B.C., une planète déserte dont le gouvernement central de l'Empire confédéré a pris possession. Déserte ? C'est ce qu'ils pensaient. Mais à peine le pied posé sur son sol, les personnages réalisent que, non loin des ruines de la cité jadis bâtie par une civilisation disparue, vit une tribu primitive.

Blade et Baker tournent en rond, brassent de l'air, joue à la baballe avec une ridicule créature endémique, tuent le temps, et les pages se remplissent de vide. Enfin, après un premier tiers inutile et d'une affligeante niaiserie, le roman décolle pour de bon. Le peuple primitif pourrait ne pas l'être tant que ça et le danger à la fois plus proche et plus réel qu'il n'y paraît. Alors l'intrigue se met en place et l'action démarre. Il était temps ! Le roman déroule alors un scénario classique, sans surprise, mais efficace.

---
 

Jimmy Guieu Les forbans de l'espace Fleuve Noir anticipation
Jimmy Guieu

Les forbans de l'espace

Ed. Fleuve Noir 

 
Blade & Baker embarquent de nouveau sur le Baroudeur pour se rendre sur une planète perdue, L'Kaound-Gha, sur laquelle ils ont obtenu d'intéressantes concessions. Cette fois-ci, leur trajet ne sera pas perturbé par une attaque extraterrestre mais par un mouvement massif de grève. La majeure partie du personnel cesse le travail et nos héros réalisent que le mouvement dépasse largement le cadre du vaisseau : la planète entière est à l'arrêt. C'est d'autant plus étonnant que cette pratique a disparu depuis des siècles...  
 
Contrairement à ce que j'ai d'abord espéré, Jimmy Guieu ne nous offre pas avec Les forbans de l'espace un roman sur les conditions de travail, les syndicats, le droit de grève ou le rapport de force entre grévistes et employeurs. Il ne soulève aucune question de cet ordre, n'exploite pas son idée de départ et se contente de l'utiliser pour mettre en scène ses personnages récurrents face à un groupe de pirates. Dommage, le roman reste basiquement prosaïque, ne creuse aucune piste de fond et n'offre qu'un moment de divertissement - agréable certes mais paresseux.

C'est d'ailleurs un constat que l'on pourrait établir pour les trois premiers volumes du cycle. Et pour les suivants ?

---

Bien que le troisième fasse rapidement allusion au premier, les romans sont indépendants et chacun se termine par une chute. Pas d'accroche de fin de volume et donc aucun scrupule à laisser de côté le duo de commerciaux, d'autant plus que le début du cycle n'est que moyennement convaincant, à l'image des personnages qui lui donnent son titre.

---


Et pour suivre l’avancée du projet Objectif "231", cliquez sur la fusée !
FNA n°145, 199 & 224

4 commentaires:

  1. Si je comprends bien, par chance les volumes suivants ne sont pas dans les FNA première époque ? ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas super emballée par l'idée, surtout pour le traitement de la femme qui correspond à l'époque... Mais merci de nous faire découvrir tout ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que dans les livre de cette collection (dont les auteurs sont d'ailleurs principalement - exclusivement ? - des hommes), le rôle de la femme est toujours le même : celui d'une pauvre petite créature fragile...

      Supprimer