Challenges

lundi 14 mars 2022

John Green - Bienvenue dans l'anthropocène

John Green Bienvenue dans l'anthropocène Gallimard
John Green 

Bienvenue dans l'anthropocène 

Ed. Gallimard 


Avec son nouveau livre, John Green, auteur habituellement de livres pour jeunes adultes, vous souhaite la bienvenue dans l'anthropocène. L'anthropocène... Ah... l'anthropocène... l'ère de l'humain, l'époque géologique à la fois très conceptuelle et totalement indéniable qui a commencé avec l'influence significative de l'Homme sur l'écosystème. L'anthropocène... L'écrivain américain ne vous y souhaite pas que la bienvenue, il vous propose d'en faire le tour. C'est du moins ce qu'il vous annonce. Mais ne vous y trompez pas, c'est moins dans l'anthropocène que vous pénétrez en ouvrant cet essai que dans la vie de John Green himself.

Ce recueil est composé d'une quarantaine de chroniques issues d'une série de postcasts. S'y investissant personnellement en adoptant le point de vue de sa propre expérience, l'auteur s'interroge sur la manière dont son existence se heurte parfois aux forces supérieures de l'anthropocène. De nombreux sujets y passent, du Diet Dr Pepper à la climatisation, d'internet au Monopoly, de CNN aux ours en peluche, autant de raisons de souligner les contradictions de la vie humaine. Mais, sous prétexte de se prêter à une observation de la marche du monde et de l'impact de ses concitoyens sur la planète, et conscient sans doute d'avoir finalement un comportement assez représentatif de celui de ses contemporains, l'auteur de Nos étoiles contraires se livre sans fard. Cette tentative d’identification des paradoxes humains conduit ainsi le romancier à s'interroger sur ses propres contradictions. Il revient sur certains souvenirs d'enfance, sur des traumatismes de jeunesse, sur ses espoirs, ses sentiments, ses impressions, ses interrogations, et alors le livre propose autant une vision plutôt juste de notre société qu'elle prend la tournures d'une psychanalyse touchante.

Puis, comme depuis l'avènement d'internet le monde entier s'est improvisé critique ou chroniqueur (mais qui suis-je pour en juger ?) et évalue le contenu de tout ou n'importe quoi selon un notation basique de 1 à 5 étoiles, John Green, impertinent et beau joueur, se prête au jeu. Il évalue ses propres sujets selon le système généralement admis, ce qui non seulement clôture d'une note presque narquoise des billets plaisants à lire, souvent fins et non dénués d'auto-dérision, mais par lequel en plus il assume le caractère anthropocénique de sa démarche.

Ma note pour Bienvenue dans l'anthropocène est de 3,5 étoiles.

4 commentaires:

  1. Non, je ne noterai pas ta chronique.
    Mais j'ai une interrogation, parce que ça m'étonne un peu : comment/pourquoi en es-tu venu à lire ce livre, vu que je ne crois pas que tu sois la cible de ses précédents ouvrages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais jamais rien lu de John Green et je n'en avais pas particulièrement envie, c'est vrai. Là, ce n'est pas pour l'auteur mais pour le sujet que je me suis laissé tenter, sachant que j'ai besoin occasionnellement, en littérature, de sortir de ma zone de confort. Donc, pourquoi pas ?

      Ma note pour ce commentaire est de 4 étoiles.

      Supprimer
  2. Découverte totale pour moi. Merci pour l'info. Je suis étonnée de voir John Green sortir ça – je l'avais plus ou moins, passivement, catalogué dans le young adult – ce en quoi j'avais tort, bien sûr, aucun écrivain n'étant obligé de sortir éternellement des romans similaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet. C'est même quelque chose que j'attends des auteurs que j'aime : qu'ils me surprennent en ne me proposant pas le même livre que le précédent - même si, dans le cas présent, c'était une première incursion dans l’œuvre de cet écrivain.

      Supprimer