vendredi 24 février 2017

Francis Berthelot - L'ombre d'un soldat

francis berthelot ombre soldat reve demiurge dystopia belialFrancis Berthelot

L'ombre d'un soldat (Le rêve du démiurge - I)

Ed. Dystopia / Le Bélial'


Co-édité par deux maisons clairement estampillées, L'ombre d'un soldat n'est pas de la littérature de genre. Au contraire. C'est l'histoire somme toute assez classique d'Olivier, un enfant en manque de repères qui, quelques années après la libération, s'interroge sur certains comportements durant la guerre  ainsi que sur les raisons qui font que sa mère n'a plus de cheveux. Seul et n'ayant personne pour répondre à ses questions, il s'entretient avec une marionnette qui lui fait autant office d'interlocuteur que de (mauvaise ?) conscience. Il observe le monde des adultes et découvre que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, d'autant moins qu'elles sont parfois très relatives. En effet, en fonction des points de vue et des interprétations, ce qui peut sembler une vérité pour les uns peut ne pas en être une pour les autres. La lucidité passe-t-elle par la perte de l'innocence ? Est-ce la prise de conscience qui fait grandir les enfants ? Telles sont les questions que soulève Francis Berthelot avant d'envoyer Olivier en quête d'une réponse, directement à la source.

Le style est incisif, particulièrement fluide et ne laisse pas plus de répit aux personnages qu'au lecteur. Car, l'air de rien, de sa belle langue riche et fine, il malmène les uns et les autres, les confronte à de lourds secrets, à des non-dits et des réalités qui crèvent les yeux mais que personne ne souhaite voir.

Le rêve du démiurge est un ensemble de neuf romans dont je suis pour l'instant bien incapable de dire en quoi ils sont liés. Terminant seulement le premier d'entre eux, je n'ai pas tellement idée de ce que renferment les suivants. Une chose est certaine aujourd'hui, la lecture de L'ombre d'un soldat m'a laissé si secoué que je n'ai qu'une envie, une seule, aller plus avant dans l'oeuvre de cet auteur en général et dans ce cycle en particulier.

Je sors fébrile de ce livre, une révélation. Maintenant, vite, sans plus attendre : Le jongleur interrompu !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire