dimanche 26 février 2017

Francis Berthelot - Le jongleur interrompu

francis berthelot jongleur interrompu reve demiurge dystopia belialFrancis Berthelot

Le jongleur interrompu (Le rêve du démiurge - II)

Ed. Dystopia / Le Bélial'


Francis Berthelot est un magicien, un funambule.

Il manie les mots comme le jongleur ses quilles, avec une dextérité éblouissante et un sens habile de la mise en scène. Il créé des images fortes et prégnantes. Et puis les portraits de ses personnages ! Oh, ces portraits ! Le jeune Pétrel, cet enfant un peu fou, attachant, solitaire et différent. Pétrel et ses oiseaux empaillés, décrits avec une telle précision, un telle justesse qu'on pourrait les toucher. Le phare, dont la description donne le vertige. Et Constantin ! Oui, Constantin, l'artiste circassien dont le spectacle de jonglage est envoutant et transporte le lecteur sous le chapiteau, le laissant ébahi devant une telle beauté. Et sa maladie…

Car c'est bien de la maladie qu'il s'agit. De la maladie et du déclin d'un jongleur. Mais également de la relation qu'il entretient avec ce jeune garçon orphelin, un peu sauvage, malaimé, brimé par son grand-père, allez savoir pourquoi. L'arrivée du cirque dans ce village bourru de Bretagne changera tous ces personnages en profondeur, les obligeant à faire face à certaines réalités. C'est là qu'on retrouve quelques thématiques communes à L'ombre d'un soldat, premier opus de ce cycle : des interrogations auxquelles doivent être confrontés les enfants pour atteindre l'âge adulte en passant par les mensonges de ces derniers, les secrets de famille et les relations filiales conflictuelles. Ainsi que l'inévitable présence de la mort dans la vie.

Une comédie humaine empreinte de tristesse et de mélancolie, un roman réaliste d'une incroyable force et d'une sublime composition, touchant et plus abouti encore que le précédent. C'est sûr, ce n'est pas une lecture joyeuse. Mais enthousiasmante, ça oui.

Cap maintenant vers le troisième roman du cycle, Mélusath.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire