Challenges

mardi 26 septembre 2017

Pierre Souchon - Encore vivant

Pierre Souchon  Encore vivant  Ed. Le Rouergue 

Pierre Souchon 

Encore vivant 

Ed. Le Rouergue 


Encore vivant est un livre viscéral qui vous prend aux tripes !

Appelons un chat un chat, Pierre Souchon est fichtrement bipolaire. Et où met-on les gens comme lui, hein ? Je vous le donne en mille : à l'HP. L'hôpital psychiatrique. Oui, madame. Chez les fous. Vous vous souvenez de Miss Ratched ? Vous le revoyez ce grand indien mutique qui soulève la fontaine à eau ? Vol au-dessus d'un nid de coucou, ça vous parle ? C'est ça l'HP. Pierre Souchon y vit, camisolé de médicaments, entouré de gens bizarres, surveillé comme une bête curieuse et dangereuse. Quel mal a-t-il fait pour se retrouver là ? C'est tout l'objet de ce livre poignant.

Est-ce un roman ? Non, c'est un récit. Il faudrait d'ailleurs avoir l'esprit sacrément tordu pour imaginer une existence pareille. On ne peut donc pas reprocher à Pierre Souchon d'avoir pris un malin plaisir à malmener un personnage fictif, le personnage c'est lui. Il n'invente le parcours de personne, se contente de raconter sa vie, tout ce qu'il y a de plus vrai et d'improbable. Il réfléchit, s'interroge et revient sur ses origines. Le parcours de Pierre Souchon, c'est celui d'un garçon brillant à l'incroyable potentiel, un garçon aux convictions politiques teintées de rouge vif, un garçon bien élevé et baigné dans une famille aimante et marquante. C'est celui d'un garçon modeste issu du monde rural, un garçon qui n'en a rien oublié, d'autant moins que le milieu auquel il est confronté lui jette au visage celui duquel il arrive. C'est surtout celui d'un garçon profondément bipolaire.

Pierre Souchon canalise mieux son énergie dans son écriture que dans sa vie. Le livre est puissant, direct, sans concession et non dénué d'une forme très particulière d'humour rageur et déstabilisant. Sans pudeur aucune, l'auteur fait sa thérapie par les mots et se dévoile dans ses pages. On pourrait même dire qu'il se révèle.

C'est sans voix que je referme ce livre.

2 commentaires:

  1. Complètement d'accord: moi aussi je referme ce récit magnifique sans voix... Je suis soufflée! A lire absolument!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, ce témoignage stupéfiant à la profonde dimension stylistique pourrait être un passage obligé pour les amateurs de belle langue et d'expérience forte.

      Supprimer