samedi 7 octobre 2017

Maurice Renard - Un homme chez les microbes

maurice renard un homme chez les microbes arbre vengeur
Maurice Renard 

Un homme chez les microbes 

Ed. L'Arbre Vengeur 


Parce que, contrairement à ce qu'on aimerait penser, c'est la taille qui compte, Fléchambeau se trouve face à un problème apparemment insoluble. En effet, le considérant trop grand pour être correctement assorti à sa dulcinée, les parents de celle-ci refusent d'offrir sa main à notre héros. C'est là qu'entrent en scène l'ami Pons et sa solution miracle : quoi de plus simple qu'une poignée de pilules rétrécissantes. Comme on s'en doute - le titre est limpide - Fléchambeau laissera plus que quelques centimètres dans la bataille. Le voici parti pour un voyage chez les microbes !

Avec ce roman extravagant, l'auteur des Mains d'Orlac envoie son personnage dans un univers improbable, celui de l'infiniment petit. Le sujet a déjà été traité, certes, mais pas forcément sur ce ton-là. Car ce voyage le conduira dans un monde bien plus proche du conte philosophique humoristique et ironique que du merveilleux rigoureusement scientifique. Du merveilleux, il y en a, c'est évident. De la rigueur scientifique, beaucoup moins. Pour Maurice Renard, l'invisible à l'œil nu est peuplé d'une espèce assez semblable à la nôtre, avec juste ce qu'il faut de différences pour mettre en perspective notre propre société. Ce qui s'annonçait comme un périple extraordinaire tourne donc rapidement à la critique sociale, gentiment moqueuse de la bourgeoisie, met en lumière les tendances les plus néfastes de nos comportements et les aspects les plus négatifs de nos contemporains. Disons plutôt de ses contemporains car, même s'il est d'une surprenante modernité, il ne faut pas oublier que le roman a presque un siècle.

Comme une morale à cette histoire, un conseil, si vos beaux-parents vous trouvent trop grand, changez-en !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire