mercredi 23 novembre 2022

Simon Worrall - Le faussaire de Salt Lake City

Simon Worrall  Le faussaire de Salt Lake City  Ed. Marchialy
Simon Worrall 

Le faussaire de Salt Lake City 

Ed. Marchialy 


"Faussaire : nom (latin falsarius)
1. Personne qui commet une atteinte à la confiance publique en réalisant un faux. "
                                    Larousse

Jeune mormon de Salt Lake City élevé dans les règles de l'art, le respect des préceptes religieux et des ouvrages canoniques, Mark Hofmann s'interroge beaucoup. Il creuse, se documente, lit énormément et finit par découvrir, lors d'un voyage, que sa doctrine ne repose sur aucune base soldide. Il en vient à l'unique conclusion qui s'impose : on lui a menti. Ébranlé, il décide de se venger et falsifie des documents pour se moquer des dirigeants de son église. C'est à cette occasion qu'il se découvre un talent pour fabriquer des faux. Mark Hofmann le mormon devient alors Mark Hofmann le faussaire. Un faussaire d'une trempe exceptionnelle.

Quelques années plus tard, un poème inédit d'Emily Dickinson est placé aux enchères. Expertisé puis vendu chez Sothby's, il est acheté par une bibliothèque qui l'expose en bonne place. Il y fait la fierté de son acquéreur et celle de l'établissement... jusqu'au jour où son authenticité est mise en doute. On se questionne alors sur les documents qui en attestent l'origine, sur sa provenance et son parcours, sur ses précédents propriétaires et sur les mains entres lesquelles il est passé. C'est là que surgit le nom de Mark Hofmann.

Dans son livre, Simon Worrall revient sur cette enquête et retrace par le menu l'histoire de ce poème, de sa contrefaçon et de sa transaction. Alors il analyse et remet en cause le marché de l'art et ses acteurs, s'interrogeant sur les sommes en circulation, le rapport entre le plaisir de découvrir de nouveaux chefs-d’œuvre et la pression qui s'exerce sur ceux qui sont chargés de les évaluer.


"Faussaire : nom (latin falsarius)
2. Littéraire. Personne qui altère la vérité. "
Larousse

Mais, surtout, et c'est certainement ce que je retiendrai de la lecture de cette enquête passionnante et méticuleuse qui apporte un éclairage bienvenu sur la perfection du travail de Mark Hofmann ainsi que sur ses motivations, Simon Worrall retourne le problème sous un angle différent et pousse la réflexion : après avoir dressé le portrait d'un artiste, d'un homme doué, talentueux, méticuleux jusqu'à son ultime dérapage, dérapage qui fait malheureusement s'écrouler tout l'édifice, il se demande si Mark Hofmann, au-delà de son activité de faussaire, ne serait pas tout simplement un homme de son temps, cohérent à sa façon avec son époque et son environnement. En effet, son monde est "en réalité la norme". Et pour cause, alors que la société dans laquelle nous vivons n'est qu'un "tissu de mensonges, de trahisons et d'illusions", chacun d'entre nous, d'une manière ou d'une autre, en famille, avec ses amis ou au travail, arrange les apparences, joue sur les mots, "altère la vérité", pour reprendre le second sens du dictionnaire. Alors Mark Hofmann est un faussaire, cela ne fait aucun doute. Mais qu'en est-il de nous autres ?

2 commentaires:

  1. J'espère juste que tu n'as pas toi-même altéré la réalité pour nous faire croire que ce livre est de qualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment savoir ? Et comment même savoir si j'en suis bien l'auteur ?

      Supprimer