dimanche 27 septembre 2020

Stefan Wul - L'orphelin de Perdide

Stefan Wul  L'orphelin de Perdide Anticipation Fleuve Noir
 Stefan Wul 

L'orphelin de Perdide 

Ed. Fleuve Noir 


De nombreuses années plus tard, les images d'un film vu dans mon enfance, Les maîtres du temps de René Laloux, restent gravées dans ma mémoire. Il faut dire que le roman dont il s'inspire, L'orphelin de Perdide, est lui-même très visuel et comporte des passages marquants, d'une rare intensité dramatique. La scène d'ouverture, notamment, dans laquelle un homme menace son fils d'un pistolet pour l'obliger à fuir un danger dont il n'a pas conscience, est tragique et poignante.
 
L'enfant, qui se retrouve seul sur cette planète inhospitalière, tente de survivre en suivant les conseils que lui donne une radio laissée par son père. C'est Max, un contrebandier, qui est au bout du fil et qui lui parle tout en pilotant le vaisseau qui file à travers l'espace pour le sortir de cet environnement hostile. Mais la route est longue et semée d’embûches.
 
De son excellence introduction à sa chute inventive et imprévisible, le roman de Stefan Wul est passionnant, bien ficelé et sans flottement. Il fait suivre au lecteur le destin de personnages attachants et charismatiques, tout en l'immergeant dans un décor graphique, résolument poétique et d'une grande imagination. Il est surtout totalement inattendu, à l'image de son incroyable révélation finale.

---


Et pour suivre l’avancée du projet Objectif "231", cliquez sur la fusée !
FNA n°109

8 commentaires:

  1. Un coktail d’ingrédients intéressants,tel que tu le présentes ce roman peut me plaire.J’espère que ce n’est pas trop �� triste les passages avec cet orphelin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirais pas que c'est triste. Mais dramatique, ça oui.

      Supprimer
  2. Je me rappelle aussi le film de Laloux et c'est vrai que la chute est vraiment excellente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film a marqué mon enfance, le livre me marquera adulte.

      Supprimer
  3. C'est incroyable d'être aussi emballé des années plus tard par le livre que par le film auparavant. Ça doit être ça ce qu'on appelle la grande qualité - et ça donne envie, même si hors intégrale ça va être compliqué à trouver.

    RépondreSupprimer
  4. Un auteur que je n'ai jamais lu (et le film ne me dis rien à part son titre), voilà une belle occasion d'essayer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais lu que "Niourk" dont je garde un souvenir assez lointain. Mais je vais avoir l'occasion d'y revenir.

      Supprimer