jeudi 13 mai 2021

Kurt Steiner - Le 32 juillet

Kurt Steiner Le 32 juillet Fleuve Noir anticipation
Kurt Steiner 

Le 32 juillet 

Ed. Fleuve Noir 


Ken Broad, un agent des services secrets américains, est parachuté dans le sud de la France pour y espionner un scientifique. Mais à peine a-t-il rejoint son objectif que l'homme qu'il recherchait, après avoir tenu des propos nébuleux sur la disparition de son épouse et de son assistante ainsi que sur la distorsion du temps, disparaît à travers un halo lumineux...  Ignorant où mène ce passage mais n'écoutant que son courage, l'espion décide de s'y engouffrer également. Il est loin de se douter que ce jour, le 31 juillet, ne sera pas suivi d'un 1er août...
 
En faisant sauter le pas à son personnage, l'auteur propulse le lecteur dans la veine SF attendue. Mais si la scène d'ouverture était prometteuse et laissait augurer un bon divertissement sur les paradoxes temporels mâtiné d'un soupçon d’espionnage, la suite n'est malheureusement pas à la hauteur. C'est d'ailleurs peu de le dire.

De l'autre côté du halo, Ken Broad découvre une ville au décor visuel et organique. Il réalise rapidement que cette ville n'en est pas une : il est à l'intérieur d'un être vivant, un animal formidable et d'une taille démesurée ! Mais une fois planté le décor, retrouvées l'épouse et l’assistante disparues puis installé un semblant d'intrigue, Kurt Steiner n'assure plus le suivi romanesque. Il se contente de bâcler une trame faiblarde qui fera, au passage, dresser les cheveux sur la tête des féministes même les moins convaincues. On suit donc l'espion dans ce dédale viscéral et on assiste, blasé, aux scènes rétrogrades dans lesquelles, armé de son révolver, il protège la faible - et souvent hystérique - femme qui, en toute logique, tombe amoureuse de lui dans la minute où elle le rencontre. Comme dans la vraie vie, quoi.

---


Et pour suivre l’avancée du projet Objectif "231", cliquez sur la fusée !
FNA n°146

 

6 commentaires:

  1. L'objectif avance bien, mais il y a encore du boulot apparemment, et du boulot ardu si j'en crois ce compte-rendu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ce jour, j'ai lu 31 livres du challenge. Plus que 200 ! Je dois reconnaître que pour l'instant le ratio purge / plaisir n'est pas favorable...

      Supprimer
  2. Moi il m’a embarqué. J’ai bien aimé au final.La fiction existe justement parce dans la vraie vie,comme tu dis,ça se passe pas toujours ainsi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'irai pas jusqu'à dire que j'ai passé un mauvais moment mais je sens que j'en aurai rapidement tout oublié.

      Supprimer
  3. Cette fois, nous partageons le même ressenti sur ce bouquin : http://sfemoi.canalblog.com/archives/2013/05/10/27127007.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet : "(...)et le livre perd de son attrait au point de ne plus constituer qu’une honnête distraction."

      Supprimer