lundi 2 août 2021

Trois aventures du Capitaine Hornblower

Cecil Scott Forester

Les trois premières aventures du Capitaine Hornblower   


Né en 1937 sous la plume du romancier anglais Cecil Scott Forester, le Capitaine Hornblower est le héros d'une série composée d'une dizaine de romans. Librement inspiré de Thomas Cochrane, un amiral britannique controversé mais charismatique, il incarne la figure du marin investi et possédant une vive intelligence des éléments en général et de la mer en particulier.

Toujours très attaché à l'image qu'il renvoie et soucieux de correspondre à sa réputation de capitaine ferme mais juste, dont le sens aigu de la discipline, la maîtrise de la stratégie militaire et l'impassibilité face aux dangers lui ont permis de gravir les échelons de la Royal Navy, Hornblower dirige ses vaisseaux sans rien laisser transparaître des doutes qui l’accablent. En effet, s'il affiche le portrait d'un homme digne, droit, rigoureux et sûr de lui, il est rongé par l'incertitude, ravagé par la peur et il déteste autant la guerre qu'il est doué pour la mener.
 
Les trois premiers romans de ce cycle nous font partager le quotidien du marin, découvrir sa personnalité complexe et vivre certaines de ses aventures : une mission secrète en Amérique centrale au lendemain de la bataille de Trafalgar, l'escorte de navires de la Compagnie des Indes à travers le détroit de Gibraltar, son évasion alors qu'il est prisonnier des français et en route pour la potence... Les intrigues sont bien trop riches pour que je ne tente de les résumer ici. Disons que si je ne devais retenir qu'un élément de chacun de ces volumes, il s'agirait des suivants :

1 - L'heureux retour

 
Si chaque volume comporte ses scènes de batailles navales, celle qui oppose La Lydia et la Natividad est particulièrement immersive. La narration est rythmée, l'action est à la fois complexe et limpide et, jusqu'à l'issue du combat, à chaque page tournée le lecteur reçoit des paquets de mer, sent la fumée qui se dégage des canons, entend craquer le bateau et siffler les boulets.
"Le fracas de la bordée coïncida exactement avec celui de la bordée ennemie. Le navire fut enveloppé de fumée, à travers laquelle parvenait le claquement des éclis, le bruits des agrés coupés tombant sur le pont et par-dessus tout, la voix de Gerard lançant les ordres habituels :
- Fermez vos évents !"
 

2 - Un vaisseau de ligne 

 
Le Capitaine Hornblower ne se sent réellement vivant qu'en mer. Pour autant, il a une vie sur terre et une épouse qui l'y attend. Le profond mépris qu'il exprime pour celle-ci et ses remarques sur la vie maritale sont confondantes de cynisme. Mais les propos sont aussi choquants que leur formulation est élégante.
"Maria n'était assurément pas las sorte de femme que l'on s'attendait à voir au bras d'un officier distingué. Mais elle était sa femme cependant, et il fallait bien payer, maintenant, cette espèce de bonté indulgente qui l'avait poussé à l'épouser."

 

3 - Pavillon haut 

 
Évadé en pleine campagne française avec Bush, son premier lieutenant amputé d'un pied durant un combat, et Brown, un marin, Hornblower s'improvise infirmier. Le regard qu'il pose sur son subalterne et l'attention qu'il lui porte confirment qu'il y a bien un humain altruiste derrière le marin sévère. La douleur de Bush est communicative et certaines images font grincer des dents.
"- Bon, fit le médecin. Parfait.
Il observa de près les débris de chair morte emmêlés dans le nœud de la ligature, puis se pencha de plus près encore pour examiner le pus qui s'était écoulé de la plaie dès que la ligature avait cédé."

Ces volumes ne sont que les trois premiers d'une série. Il n'y a aucun doute sur le fait que je lirai les suivants, aussi bien pour creuser un peu plus la psychologie d'Hornblower et pour connaître la suite de ses aventures que pour la langue sublime avec laquelle elles sont contées. La version française est signée Louis Guilloux. L'auteur du Sang Noir, qui se révèle être un traducteur hors pair, n'a malheureusement pas traduits les autres romans. J'en ignore la raison... J'espère juste que la suite sera la hauteur...

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout mais ça a l'air terriblement bien. Ça serait d'autant plus tentant si ça n'était pas une série... Il y a combien de tomes au total ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement terriblement bien !

      A l'heure où j'écris ces lignes, seuls les trois premiers volumes sont disponibles en Folio. Ils se suffisent à eux-même. Tu peux commencer comme ça.

      Supprimer