lundi 2 mai 2022

Pierre Bayard - Aurais-je été résistant ou bourreau ?

Pierre Bayard Aurais-je été résistant ou bourreau ? Minuit
Pierre Bayard 

Aurais-je été résistant ou bourreau ? 

Ed. Minuit 


Plus encore que les générations suivantes, j'imagine que tous ceux qui ont vu le jour au lendemain de la seconde guerre mondiale se sont à un moment donné posé cette question : Aurais-je été résistant ou bourreau ? Pierre Bayard, bien que né en 1954 et donc baby-boomer tardif, ne fait pas exception à la règle. Mais il est allé plus loin et s'est transposé en esprit dans le passé. Potentiellement né en 1922, comme son père, il imagine alors quel aurait été son destin tout en respectant certaines règles scientifiques, comportementales, circonstancielles ou familiales.

Comme toujours avec les essais de Pierre Bayard, ce livre ne se cantonne pas, si je puis dire, à revisiter l'histoire d'un individu mais va bien au-delà et propose même plusieurs niveaux de lecture. Dans un premier temps, on peut y voir un livre sur la résistance - durant la seconde Guerre Mondiale mais pas uniquement. Le psychanalyste s'interroge sur les modalités de l'engagement, sur la tendance à la soumission et la capacité de désobéissance. Logiquement, il revient longuement sur l'expérience de Milgam, durant laquelle un psychologue évaluait en 1963 le degré d'obéissance d'un sujet devant une autorité qu'il jugeait légitime. Où se situe le point de bascule qui permet aux uns de s'insurger quand les autres collaborent ? Pourquoi certains seulement passent-ils à l'acte ? Et pourquoi d'ailleurs certains seulement répondent-ils à l'appel de la désobéissance ? Cela aurait-il à voir avec une forme de foi ? Dieu a-t-il quelque chose à voir dans tout cela ? Vaste question. Dans cet essai, comme on peut le constater, l'auteur s'interroge autant sur l'aptitude des citoyens à se soumettre que sur l'existence de Dieu !

Mais n'oublions pas que Pierre Bayard est également professeur de littérature à Paris VIII. Il y a donc une autre manière d'envisager ce brillant et passionnant essai : on peut y voir une réflexion sur la lecture. En effet, les exemples de romans mettant en scène des personnages confrontés à des choix étant nombreux, l'auteur fait un détour par la fiction pour inviter le lecteur non pas à juger du comportement des protagonistes mais à se mettre à leur place. C'est sans doute cet exercice, avec lequel il est particulièrement à l'aise, qui lui inspirera quelques années plus tard son essai sur Geneviève Dixmer.

4 commentaires:

  1. Intéressant. Soulève des questions.
    J’avais lu de Marc Toledano Le franciscain de Bourges, sous l’occupation,un franciscain allemand choisit de ne pas être bourreau et va aider les persécutés par la Gestapo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a finalement beaucoup de livres qui traitent de ce sujet. L'essai de Pierre Bayard en liste quelques uns (et donne très envie de tous les lire).

      Supprimer
  2. Je n'ai pas lu cet essai, mais j'ai l'impression que la simple démarche de se poser cette question (avec sincérité, bien sûr) me semble encore plus importante que la réponse qu'on y apporte. Sinon, ça m'évoque un certain "Et si j'étais né en 17 à Leidenstadt"... 🥰

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur s'interroge sincèrement mais c'est moins la réponse qui est importante que le processus qui y mène.
      Et, effectivement, d'autres se sont posé la même question...

      Supprimer