mardi 6 août 2019

Pierre Bayard - Le Titanic fera naufrage

pierre bayard titanic fera naufrage minuit

Pierre Bayard 

Le Titanic fera naufrage 

Ed. Minuit 



Après Demain est écrit & Le plagiat par anticipation, le premier examinant "les prédictions individuelles faites par certains écrivains quant à leur destinée" et le second "consacré aux textes qui s'inspirent d'oeuvres à venir", Le Titanic fera naufrage apporte un point final à cette brillante trilogie thématique consacrée à l'anticipation littéraire.

Cet essai s'appuie dans un premier temps sur le roman de Morgan Robertson, Futility, dans lequel l'auteur américain met en scène le naufrage d'un navire baptisé Le Titan, coulé suite à sa collision avec un iceberg dans les eaux glacées de l'Atlantique Nord. Le paquebot est une copie conforme du Titanic, les circonstances et les conséquences du drame sont similaires. Mais le roman est daté de 1898, quatorze ans avant la plus grande catastrophe maritime de l'époque. Pierre Bayard multiplie ensuite les références littéraires, cite quelques évolutions politiques et scientifiques ainsi que certaines catastrophes humaines et naturelles. Puis, après avoir distingué les anticipations justes ou partiellement justes des anticipations fausses ou dormantes puis les avoir classées par degrés de précision, de très faibles à très élevés, il balaye d'un revers de la main toute notion de coïncidence. Pour lui, croire au hasard, c'est "s'enfermer dans un dilemme réducteur qui interdit en réalité de réfléchir sur ce qui s'est réellement passé". Il est alors libre de développer sa pensée. 

Encore une fois très adroit et incroyablement sûr dans sa démonstration, Pierre Bayard met ses bonnes idées et son impertinence au service de l'Histoire de la littérature. Ainsi, s'il s'interroge sur la "conception linéaire de la temporalité" et s'amuse à perturber l'ordre des choses à base de "causes postérieures" et de "conséquences antérieures", il offre surtout au lecteur un cours magistral, au sens propre comme au sens figuré, et l'invite à remettre en question sa lecture des oeuvres.

Loin d'être un simple volume supplémentaire dans un cycle répétitif ou systématique, Le Titanic fera naufrage renouvelle la thématique et apporte des pistes inédites de réflexion. Cette trilogie est un tour de force, très impressionnant et pour le moins exaltant, pas moins. Même si je crois avoir préféré, dans un autre registre, son diptyque sur la critique d'amélioration (ici pour le premier volume,  pour le second).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire