dimanche 3 mai 2020

San-Antonio - Quatre épisodes pour le prix d'un !

Rien de tel que quelques semaines confiné dans une maison dont les murs de la cave(rne d'Ali-Baba) sont recouverts de bibliothèques ! Des étagères à perte de vue ! Tant de livres qu'une vie entière n'y suffirait pas ! Principalement des polars, des romans de gare, de la Série Noire en veux-tu en voilà, la collection complète des éditions du Masque, des kilomètres de San-Antonio... C'est sur les aventures de ce dernier que j'ai jeté mon dévolu... 

---

san-antonio au suivant de ces messieurs fleuve noirSan-Antonio 

Au suivant de ces messieurs 

Ed. Fleuve Noir 


Envoyé en Suisse pour une délicate mission d'espionnage, notre héros apprend à ses dépends que l'ennemi l'attendait et que venir à bout de sa tâche ne pourra se faire sans semer des cadavres sur sa route. De fait, cet épisode est particulièrement violent, parsemé de morts brutales, et ne joue pour ainsi dire pas (si ce n'est dans sa courte introduction et dans ses notes de bas de page) avec la corde humoristique propre à San-Antonio. De même, la langue est relativement sobre, les élément habituels ne sont pas encore parfaitement en place et les personnages secondaires brillent par leur absence. C'est donc le même constat que pour Bas les pattes : le personnage principal, s'il se suffit à lui-même, souffre tout de même un peu de l'absence de ses faire-valoir. À ce sujet, il est intéressant de noter l’évolution du style, des procédés et des ressorts narratifs. C'est d'ailleurs à se demander s'il n'aurait pas été plus malin, quitte à enchaîner les épisodes, de les lire dans l'ordre plutôt que de les attraper au hasard sur l'étagère.

Quoi qu'il en soit, lu d'une trait, Au suivant de ces messieurs est un roman noir classique et très efficace, probablement pas un incontournable de la série mais définitivement un bon moment de lecture.

---

san antonio les anges se font plumer fleuve noirSan-Antonio 

Les anges se font plumer  

Ed. Fleuve Noir 


Conçu dans le même moule qu'Au suivant de ces messieurs (même si c'est plutôt l'inverse, puisque Les anges se font plumer date de 1957, soit dix ans plus tôt), cet épisode fonctionne sur le modèle du roman noir brut, assez violent, sans fioriture et sans les indispensables acolytes.

Dépêché en Italie pour empêcher un traffic d'armes et détruire le stock, San-Antonio part accompagné de Félicie, sa "brave femme de mère", qu'il emmène avec lui pour parfaire sa couverture de vacancier. C'est l'occasion pour l'auteur de lâcher quelques remarques sibyllines sur les congés payés et sur la manière dont la mémoire rend merveilleux les souvenirs de vacances les plus ternes.

Le commissaire mène son enquête, soulève la fille, lui joue sa partition, met le nez dans une sombre affaire d'enlèvement d'enfant, échappe à la mort, la distribue, et boucle le dossier sans toutefois parvenir à expliquer au lecteur le sens d'un passage absurde : le méchant, après une transaction nocturne, gare sa voiture à un jet de pierre de son hôtel et s'installe au bord de la route pour finir sa nuit dans un sac de couchage plutôt que dans son lit. Pourquoi ? Mystère...

Bref, un roman mineur de la série mais dont la langue reste toujours aussi enthousiasmante :
"Il faut reconnaître que je m'exprime dans une langue généreuse, riche en vocabulaire, propice aux métaphores les plus hardies, dans laquelle les mots ambigus abondent..."


---

san antonio du poulet au menu fleuve noirSan-Antonio 

Du poulet au menu 

Ed. Fleuve Noir 


Surveiller un espion depuis l'immeuble d'en face pendant des jours n'est pas une partie de plaisir. Il faut composer avec le désœuvrement, avec la compagnie de l’inénarrable Pinaud et surtout avec le stock inépuisable d'histoires de famille de ce dernier. Mais quand, enfin, le commissaire repère du mouvement, il passe à l'action. Il fait alors appel à Bérurier pour battre la cadence et, au passage, battre son prochain :
"Et le plus bel exutoire, croyez-en tous les cocus pas contents, tous les battus endoloris, c'est dans la douleur des autres qu'on le trouve."
Roman d'action pur jus, débridé, sans temps mort, pimenté d'argot et relevé de savoureuses notes de bas de page, Du poulet au menu trouve son apothéose sur un paquebot transatlantique. Nos trois compères doivent y interpeller une espionne fondue dans la foule des passagers. Ne bénéficiant que d'un maigre indice pour la démasquer, il vont faire appel à leur intelligence, à une inventivité féconde et ne pas hésiter à perturber la quiétude des vacanciers. Surtout des vacancières.

L'auteur de Tango Chinetoque nous offre ici, avant l'heure, une variation personnelle et dévergondée sur le thème de La croisière s'amuse et y développe, entre deux digressions, une philosophie revancharde de la vie un peu extrême mais, je dois le reconnaître, pas totalement inintéressante.


---

San-Antonio  Fais gaffe à tes os   Ed. Fleuve NoirSan-Antonio 

Fais gaffe à tes os 

Ed. Fleuve Noir


Un ancien déporté a reconnu, lors des actualités cinématographiques, un criminel de guerre passé pour mort. Le Vieux envoie alors San-A et son compère Béru pour lui mettre la main dessus et lui régler son compte.
"Cet homme a vécu dix ans de trop."
La traque débute et conduit nos nos deux héros en Espagne, sur une piste jonchée de cadavres...

Avec Fais gaffe à tes os, l'auteur trouve le bon dosage entre action et réflexion, entre sérieux et burlesque. Il parvient même à susciter une certaine forme d'émotion en plaçant son commissaire face à un dilemme cornélien et en dénouant son nœud gordien d'une manière inattendue, avec une finesse que je ne lui connaissais pas. Ajoutez à cela un parfait numéro de duettistes, quelques pépites langagières, de très bonnes réparties, une imparable joute verbale et vous obtenez un excellent cru !
"Pas le genre du Gros; lui, ce qui aurait tendance à le captiver ce seraient les étalages des charcutiers. La terrine truffée et le pâté de tête sont comme qui dirait la projection matérielle de son intellect..."

---

"Quatre à la suite !", comme dirait l'autre.
Ou plutôt six à la suite, pour être exact. Car j'ai lu les romans ci-dessus directement après Le secret de polichinelle et Ça tourne au vinaigre. Six jours, six livres. C'est une jolie moyenne. Une moyenne à laquelle je vais toutefois mettre un terme en passant à autre chose. Jusqu'à nouvel ordre...

4 commentaires:

  1. "Des kilomètres de San Antonio"... Dans les 3m50, c'est déjà pas mal. Autorisez le kilométrage pour les seuls linceuls.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon mètre de couturière est formel : des kilomètres !

      Supprimer
  2. Quand on aime, on ne compte pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça. Et là, clairement, je ne compte pas.

      Supprimer